Posted on: 11 juin 2020 Posted by: Sophie Comments: 0

Cette fois, c’est Adeline Viaud qui prend la parole ici. Elle nous livre son vécu pendant le confinement et vous donne quelques bons conseils pour réussir votre communication ! Vous pouvez d’ailleurs la suivre sur Twitter ou encore LinkedIn !

L’adaptation au confinement

Hello ! Moi c’est Adeline Viaud, installée à Nantes et je suis Social Media Manager depuis 7 ans. J’aide les entreprises qui souhaitent se développer grâce aux réseaux sociaux et à la création de contenus. 

Je travaille également avec une approche “communication responsable”, cela sous-entend d’avoir un engagement sur le plan des messages pour éviter le greenwashing, de repenser les relations avec les parties prenantes et d’évaluer et réduire les impacts environnementaux des actions mises en place.

 

Travaillant depuis chez moi, le confinement n’a pas eu de gros impact sur ma concentration ou productivité. J’ai un bureau dédié à mon espace de travail et une application (Focus Plant) qui me permet d’optimiser au mieux mon temps sans être déconcentrée. 

 

En revanche, le Covid_19 a généré un climat anxiogène et ce qui m’a beaucoup aidé, a été de couper tous les notifications liées à la crise sanitaire. J’ai pu alors laisser de la place à du travail intensif, du sport à la maison avec la team #TrainSweatEat et de la cuisine ! Petit bémol néanmoins car, pratiquant le sport quotidiennement (natation, course à pied, vélo et marche), j’ai ressenti un réel manque dans le fait de ne pas pouvoir sortir faire de longues marches ou courses à pied.

En ce qui concerne les rendez-vous clients, on s’est adapté très facilement aux outils numériques, déjà utilisés. Mais quel bonheur, ce fut de reprendre une session de travail à plusieurs sans ordinateur ni téléphone, simplement du papier et des crayons, pour davantage de créativité.

Du temps pour s’engager

Une baisse d’activité s’est néanmoins fait ressentir au début du confinement. Deux opportunités solidaires se sont alors présentées à moi, que j’ai de suite acceptées.


La première était de fédérer via les réseaux sociaux une communauté de makers prêts à produire en masse des visières de protection pour les soignants et personnes en première ligne. 

La deuxième était de communiquer sur les réseaux sociaux au sujet d’un projet de respirateur artificiel, le Makair, exclusivement dédié au traitement du Covid-19. Le projet se construisait en sous-marin via un collectif #MakersForLife d’indépendants, entreprises, makers, collectivités, etc. qui est ensuite devenu un véritable consortium industriel. 

J’en parle en détail ici et je reviens sur le contexte de départ, le buzz qui s’est créé et les retombées générées sur les réseaux sociaux.


Ces deux projets ont vu le jour en un temps record, et tout ça dans un contexte de crise sanitaire. Le tout grâce à un contexte de contrainte (crise sanitaire) qui a su libérer de la créativité (visières de protection et respirateur artificiel) grâce à de la motivation (engagement bénévole).

Repenser son mode de vie puis son métier

Avant le confinement, j’avais déjà dans l’idée de repenser mon métier, qui parfois se veut clairement publicitaire, il faut le dire. 

Depuis maintenant plusieurs années, j’ai entrepris d’avoir une vie davantage minimaliste et respectueuse de l’environnement, donnant plus d’importance aux expériences qu’aux possessions. J’ai d’abord lu des livres phares comme “Zéro Déchet” de Béa Johnson puis tous les autres sur le sujet. J’ai participé au défi zéro déchet de la ville de Nantes en 2019, pour passer à l’action concrètement. Suite à un déménagement, je me suis séparée de tout ce qui m’encombrait, à la fois dans mon lieu de vie et mentalement. C’est un processus long de plusieurs années, on ne peut pas espérer changer tout du jour au lendemain. Et surtout, un processus sans fin, car parfois, on revient en arrière sur certains changements effectués. Mais de nouvelles habitudes et réflexes sont pris, ce qui nous permet de remettre davantage en question notre façon de consommer. 


Loin de là, l’idée de devenir irréprochable, mais plutôt de réfléchir nos achats. Pour cela, j’essaye au quotidien de participer au défi rien de neuf organisé par Zero Waste France

Avec tous ces changements personnels, l’idée me trottait dans la tête de l’appliquer au professionnel. À quoi bon tous ces efforts pour ne pas être en phase professionnellement ? L’entreprise dans laquelle je travaillais n’était pas alignée à mes valeurs et plutôt inspirée par une communication opportuniste sur du greenwashing. 


Dans cette période de remise en question, la lecture du livre “De la publicité à la communication responsable” de Yonnel Poivre-Le Lohé (2013) dont je parle sur mon blog m’a apporté des réponses. Il y a une autre manière de faire, qui est juste et qui fonctionne. Me lancer en indépendante, c’est alors imposer, avec l’appui de mes proches.

La communication responsable et éthique en vogue

Au tout début, j’ai commencé par faire une étude de marché sur ce nouveau positionnement. Peu d’acteurs étaient présents en matière de communication responsable et éthique il y a encore 10 ans. Alors qu’aujourd’hui, ils sont déjà plus nombreux. 


En effet, les entreprises s’emparent du sujet de la RSE (responsabilité sociétale des entreprises) qui prend en compte trois dimensions : sociale, environnementale et économique. Et ce, pour diverses raisons, parmi elles, la marque employeur pour continuer d’attirer des talents qui puissent être sensibles à ces valeurs, mais aussi pour continuer d’attirer les clients, les partenaires, les investisseurs et motiver les actuels collaborateurs. Cela peut venir également du fait que les directions elles-mêmes soient sensibles au sujet. La prise de conscience se généralise. 


Certaines mesures de réduction des impacts environnementaux, le sont aussi car économiques. Engager une démarche RSE permet aussi aux entreprises d’innover, de s’adapter et conquérir de nouveaux marchés (source et autre source).

Et dans toute cette démarche RSE, la communication responsable vient questionner la fonction même de communication. Pour éclaircir ce sujet passionnant, je recommande cette lecture : le guide de la communication responsable par l’ADEME (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) a sorti en janvier 2020. Ce livre propose une grille de lecture des enjeux et des impacts de la communication ainsi que des conseils pour concevoir les messages, sans greenwashing, que ce soit pour l’édition, le digital, l’événementiel, l’audiovisuel et la communication de crise.

L’importance de cadrer sa communication social media et son contenu en général

Cette crise nous aura clairement montré que les français passent plus de temps qu’avant sur Internet. Par exemple, l’utilisation des réseaux sociaux pendant le confinement a augmenté de 61 %

 

 

On voit de plus en plus de marques et d’entrepreneurs prendre la parole. Quand certains le font avec une ligne éditoriale définie, des objectifs, cibles et messages clairs, ce n’est pas le cas de tout le monde. D’autres manquent également de temps. Alors pour répondre à ces enjeux d’organisation et de maîtrise des outils, il est impératif de se faire accompagner :

👉Étudier la présence digitale de votre concurrence

👉Définir précisément votre pourquoi, vos ambitions, valeurs, objectifs, cibles et messages appropriés

👉Rédiger une stratégie social media intégrant la ligne éditoriale des réseaux sociaux

👉Créer un plan d’action adapté pour une durée déterminée

👉Déterminer des KPIs (Key Performance Indicator) nécessaires pour la mesure des actions) = Social Media Analytics

 

 

Une fois la stratégie écrite, vient la production, le community management avec :

👉la mise en place d’un calendrier éditorial hebdomadaire

👉la création de contenus de type rédaction, photo, texte, vidéo, etc.

👉la publication de ces derniers

👉la gestion des interactions

👉l’analyse mensuelle des résultats et du ROI engagé par actions et réseau social.

 

 

Pour aller plus loin et embarquer vos équipes, vous pouvez faire des formations, sur des sujets multiples comme :

👉les spécificités de chaque réseau social

👉le social selling ou comment vendre sur les réseaux sociaux

👉développer votre personal branding sur les réseaux sociaux

👉développer la marque employeur de votre entreprise sur les réseaux sociaux

👉optimiser votre e-réputation et gérer vos avis clients

 

 

Le social media ne se résume pas seulement à la publication de contenus, vous pouvez aussi envisager diverses autres actions, comme : 

👉la couverture événementielle avec live-tweet et live vidéo

👉le social ads avec la conception des campagnes social media et monitoring selon budget

👉le marketing d’influence avec la rédaction d’une stratégie influenceur et sa mise en place

👉les jeux concours, de l’idée à la rédaction du règlement, la création du contenu, publication, modération et tirage au sort

 

Sophie m’a demandé de résumer mon confinement en une phrase. Vous l’aurez compris, ce sera : Travail, sport et cuisine ! Et vous ?!

Leave a Comment